Accueil   >  L'actualité de la RDC du lundi 20 mars 2017   >  En RDC, quand une ville est gérée par des marchands, elle prospère et échappe à la guerre

Il y a 65 jours  -  Le Monde, lundi 20 mars 2017

En RDC, quand une ville est gérée par des marchands, elle prospère et échappe à la guerre

A Butembo, 17 commerçants ont fait fortune durant la guerre du Congo. Ils règnent désormais sur cette ville du Nord-Kivu, loin de la politique et de Kinshasa. A Butembo, il n’y a que 9 km de routes asphaltées pour un million d’habitants, dont une poignée de millionnaires aussi puissants que discrets. Aucun de ces Congolais ne figure dans les classements africains de Forbes. Pourtant, la réputation de ces hommes d’affaires s’étend de Johannesbourg à Shenzhen, en passant par les grands ports d’Afrique de l’Est. Eux se contentent de régner sur cette ville poussiéreuse du Nord-Kivu rescapée de tant de guerres, ceinturée par des champs de café, de cacao et de collines toujours infestées de groupes armés. La frontière ougandaise est à 80 km et la capitale, Kinshasa, à plus de 1 600 km.

A Butembo n’est établie qu’une seule ethnie, les Nande. Et ce ne sont pas des hommes politiques qui gouvernent cette sorte de micro-Etat propret, mais le « G17 », un club de dix-sept grands commerçants transfrontaliers fortunés. « On n’attend rien des politiques et l’Etat a abandonné Butembo. On finance nous-mêmes la sécurité et les infrastructures comme l’université, la mairie, les monuments… On est sûrs que les choses se font et on maîtrise les avancées », lâche d’une voix grave un certain Katembe Kahehero. De fait, la ville n’a jamais reçu un seul kilowattheure de la société nationale d’électricité depuis l’indépendance, en 1960.
« Bolloré n’a jamais eu sa place ici »

Membre éminent de ce G17, M. Kahehero est un colosse de 60 ans qui reçoit dans un bureau donnant sur l’une des deux avenues asphaltées du centre-ville. Les jardins à la française des papiers peints rappellent au visiteur son attachement à l’ordre, mais ne le mettent pas sur la piste de l’origine chinoise de sa fortune.

« Je suis le deuxième commerçant de Butembo – et donc du Congo – à avoir posé un pied en Asie, en 1983 », pavoise l’ancien marchand de café, aujourd’hui à la tête de plusieurs usines, d’une myriade de sociétés et d’un parc immobilier considérable dans les beaux quartiers de Kinshasa, où le prix du mètre carré est parfois aussi cher qu’à Londres.

De l’autre côté de la rue, son ami, concurrent et partenaire du G17 qu’on appelle du nom de son entreprise, Cetraca, a connu les mêmes débuts. Les aventures dans les cités industrieuses de Chine d’abord, puis dans les échoppes de Dubaï.

Katembe Kahehero, Cetraca et d’autres pionniers ont ouvert les routes commerciales reliant l’Asie à ce qui était alors le Zaïre, via les ports d’Afrique de l’Est. Ils ont acquis des dizaines puis des centaines de camions qui arpentent les routes d’Ouganda pour acheminer les marchandises jusqu’à Butembo, où affluent des acheteurs en gros de toute la région.
Empire déclinant

« Bolloré n’a jamais eu sa place ici. On gère la logistique et on s’est organisés entre nous », lâche Cetraca, de son vrai nom Katembo Musavuli, avachi dans le fauteuil de son bureau enfumé où s’entassent des piles de papiers aussi jaunis que les murs. A 67 ans, cet homme madré se plaint de gérer un empire déclinant et s’inquiète de l’état de « Butembo Inc. ».

« Mes activités dans l’agriculture et l’élevage sont interrompues à cause de l’insécurité. Mes hôtels à Butembo et Kinshasa fonctionnent au ralenti. Mes usines sont à l’arrêt. Je me concentre sur la construction d’immeubles à Kinshasa », dit-il en regrettant son âge d’or, les années 1996 à 2002. Pour les autres, ce fut la période funeste de la deuxième guerre du Congo qui a engendré d’innombrables viols et massacres et provoqué la mort de plus de 4 millions de personnes, principalement de famine et de maladies, selon un rapport de l’International Rescue Committee.

Pendant ces années-là, l’est de la République démocratique du Congo (RDC) est ravagé, mais Butembo est épargnée. Les hommes d’affaires sont alors autant les obligés que les financiers d’Antipas Mbusa Nyamwisi, leader de la communauté nande et chef de milice soutenu par l’Ouganda. M. Mbusa Nyamwisi a été le chef de la diplomatie congolaise de Joseph Kabila, avant de se réfugier en Afrique du Sud. C’est aussi un vrai libéral : à l’époque où il administrait le territoire, plus de douanes, plus de taxes et beaucoup de profits. Les grands commerçants de Butembo sont alors pointés du doigt par l’ONU pour leur commerce d’or fourni par des groupes armés ainsi que pour le transport d’armes et de minerais. Les barons du G17 démentent, esquivent ou restent silencieux sur le sujet.
Osmose avec Dieu

« A Butembo, la paix et la sécurité s’achètent, car la région reste dangereuse, lâche froidement M. Kahehero. A 60 km plus au nord, à Béni, les populations sont terrorisées par de mystérieux massacreurs qui ont tué plus d’un millier de personnes depuis deux ans. « Pendant la grande guerre, on vivait mieux que maintenant, il y avait beaucoup de business et de cash. Aujourd’hui encore, on paie les rations des militaires qui nous ont protégés. »

© Copyright Le Monde

  • Journée internationale de la terre nourricière

    Journée internationale de la terre nourricière A l'occasion de la Journée internationale de la Terre nourricière, qui cette année correspondait au jour de la cérémonie de signature de l'Accord de Paris sur le climat à New York, le Secrétaire... [la suite]

    Le 25-04-2016, Catherine Fiankan-Bokonga

  • Burundi: Le HCR craint l'augmentation de réfugiés

    Burundi: Le HCR craint l'augmentation de réfugiés Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré qu'un an après le début de la crise au Burundi, près de 260. [la suite]

    Le 25-04-2016, Catherine Fiankan-Bokonga

  • République du Congo: Rapports alarmants sur les violations des droits de l'homme

    République du Congo: Rapports alarmants sur les violations des droits de l'homme Le Haut-Commissaire des droits de l'homme, Zeid Al Hussein, a déclaré que "des rapports très alarmants émanent de la République du Congo sur une opération de sécurité... [la suite]

    Le 14-04-2016, Catherine Fiankan-Bokonga

  • OMS: Niveau record des risques entrainés par les crises humanitaires

    OMS: Niveau record des risques entrainés par les crises humanitaires L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires ont lancé un appel de fonds de 2,2 milliards de dollars pour fournir des services de santé vitaux à plus de 79... [la suite]

    Le 14-04-2016, Catherine Fiankan-Bokonga

  • Torture: Il faut protéger les enfants

    Torture: Il faut protéger les enfants Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a appelé les États à respecter leur obligation de venir en aide aux enfants victimes de la torture, aussi bien dans les pays... [la suite]

    Le 14-04-2016, Catherine Fiankan-Bokonga

  • Réfugiés syriens: Conférence à Genève

    Réfugiés syriens: Conférence à Genève Pour faire suite à la Conférence sur la Syrie qui s'est tenue à Londres en février, le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) organise une conférence de haut niveau, à Genève, le 30 mars. [la suite]

    Le 30-03-2016, Catherine Fiankan-Bokonga

Autres nouvelles »